Expérimentation d’EcoGen dans le cadre du concours d’architecture pour l’opération I-Factory

30 janvier 2019, 11:03

Futur bâtiment au cœur du Campus de LyonTech la Doua, I-Factory est intégré au projet « Fabrique de l’innovation » de l’IDEX LYON. Equipement hybride regroupant espaces de créativité, espaces de travail nomade et de co-working, espaces de prototypages et locaux tertiaires, il disposera d’une surface de plancher de 6 303m² et incarnera la volonté de l’Université de Lyon de renforcer ses capacités d’innovation, d’entrepreneuriat, d’expérimentation, en misant sur le potentiel de ses étudiants et de son excellence scientifique.
I-Factory sera un véritable hub de l’innovation sur le territoire, lieu favorisant des rencontres entre monde économique et monde académique, accompagnant notamment de nouveaux entrepreneurs avec l’aide des opérateurs Beelys et Pulsalys.
A l’image des nombreux incubateurs récents, le bâtiment intégrera des espaces de travail adaptés aux nouveaux entrepreneurs : espaces ouverts, visibles, accueillants, faciles d’accès ; espaces de co-working, de convivialité et de détente, modulaires, confortables pour travailler.

Expérimenter EcoGen dans le cadre du concours

Dans une démarche incitative mais non-obligatoire, l’Université de Lyon, en partenariat avec la SATT Pulsalys et MAP-Aria, a proposé aux quatre équipes retenues pour le concours (de décembre 2018 au 1 mars 2019), de participer à un processus de recherche-action sur la version la plus récente de notre logiciel assistant l’écoconception architecturale en phase esquisse : EcoGen2.1. Rappelons que l’originalité de cet outil est le recours à un algorithme évolutionnaire interactif, où les choix du concepteur comptent autant que l’efficacité énergétique des solutions architecturales suggérées.
L’expérimentation consiste à le tester durant la phase d’esquisse et à faire des retours aux chercheurs (Xavier Marsault et Florent Torres, qui ont fourni à cette occasion un kit d’accompagnement complet comprenant flyer, manuel d’utilisation et vidéo), et à Pulsalys dans le cadre du programme de maturation.

Un des enjeux du projet est l’innovation et l’expérimentation, tant en termes de réponse architecturale et urbaine que de solutions techniques et passives pour garantir un confort tout au long de l’année. Le confort d’été fait l’objet d’une attention toute particulière pour garantir une ambiance thermique compatible avec la continuité du travail dans le bâtiment aux périodes chaudes, et ce en évitant au maximum les équipements actifs de type groupe froid. Pour aller dans ce sens, MAP-Aria a spécialement développé pour EcoGen2.1 une fonction d’évaluation de la performance « confort d’été » et spécifié trois types d’unités dont l’enveloppe est paramétrée par des caractéristiques lumineuses et thermiques adaptées aux exigences RT2018 / BEPOS 2020 (le bâtiment visant a minima les niveaux « Energie 3 » et « Carbone 1 » du référentiel « Energie-Carbone »).

Numérisation de nouveaux plans-reliefs au Palais des Beaux Arts de Lille par les équipes du MAP

26 décembre 2018, 18:48

Courant décembre, les équipes Aria et Crai du MAP ont mené une campagne d’acquisition 3D au Palais des Beaux Arts de Lille. A l’aide d’une grue en carbone présentée en 2015 lors de Digital Heritage, plusieurs milliers de photographies ont été réalisés pour assurer le relevé par photogrammétrie des deux tables de villes des plans-reliefs d’Aire-sur-La-Lys et d’Audenarde.

La production de modèles 3D et texturés demandera encore plusieurs semaines de traitement avant d’être présenté.

Le projet de numérisation de plans-reliefs du MAP a commencé il y a dix ans avec la maquette de Toul. Récemment, le projet URBANIA, qui avait pour cas d’étude le plan-relief de Strasbourg de 1725-1728, s’est achevé avec la réalisation d’un système d’information dédié au plan-relief.

Exposition « CLAUDE, un empereur au destin singulier »

7 décembre 2018, 10:04

A l’occasion de l’exposition “Claude, un empereur au destin singulier“, le laboratoire MAP-Aria a été amené à travailler avec les équipes du musée “LUGDUNUM, musée et théâtres romains“ à la restitution du port antique de Rome : Portus. A cette occasion, le port et la ville d’Ostie attenante ont été modélisés à l’aide des outils de génération de morphologies architecturales développés au laboratoire, sur la base des travaux actuellement en cours à l’Ecole Française de Rome. L’exposition, reconnue d’intérêt national, sera ouverte jusqu’au 4 mars 2019 et présentée au musée des Beaux Arts de la ville de Lyon. Elle migrera, courant 2019, à Rome.


Colloque Digital Heritage 2018 à San Francisco

7 décembre 2018, 09:49

Le laboratoire MAP-Aria a participé au colloque Digital Heritage 2018 organisé à San Francisco du 26 au 30 octobre 2018. Dans la lignée des travaux engagés dans le cadre du défi Imag’in TAG3D financé par le CNRS en 2017 et 2018, il y a présenté ses travaux dans le domaine de l’optimisation de trajectoire de vol de drones pour le relevé patrimonial. La communication « Photogrammetric survey of heritage objects : an experimental protocol for optimizing camera placement for aerial surveys » a permis d’échanger autour de sujets actuellement au coeur des questionnements soulevés par la mobilisation des technologies numériques au service de la conservation et du patrimoine. Une expérimentation en vraie grandeur des outils déjà développés par le laboratoire a eu lieu sur la commune de Montarcher, dans le département de la Loire.

Comment régénérer la ville et APPI sélectionnés au fimbACTE

15 octobre 2018, 15:22

Le concours Comment régénérer la ville, dont l’atelier de projet de master 1 Architecture, Processus et Pratiques de l’Innovation était partenaire, a été sélectionné lors des Trophées du Cadre de Vie FimbACTE.

« Le comité de sélection du festival Fimbacte se réunit à partir de juillet pour étudier les dossiers inscrits en compétition aux Trophées du Cadre de Vie.

Il a pour mission de vérifier que le dossier répond aux critères de sélection des Trophées (caractère exemplaire et/ou reproductible et/ou innovant du dossier) et l’adéquation entre le dossier et la catégorie choisie.

Le Comité de Sélection est composé de personnalités issues de l’organisation et des organismes partenaires. » (extrait du site FimbACTE)

Tournage à l’ENSAL d’un 52 minutes sur l’église de Saint Nectaire.

14 juin 2018, 10:29

L’équipe de tournage de Casadei Productions était à l’école ce mardi 12 juin pour réaliser quelques plans complémentaires au documentaire de 52′ en préparation pour la chaine Historia et la Télévision Suisse Romande. Les chercheurs du laboratoire ont présenté l’état d’avancement du démonstrateur développé pour simuler l’éclairement des chapiteaux du choeur de l’église. La théorie du “calendrier solaire liturgique“, soutenue par Daniel Tardy et présentée dans l’ouvrage “Toute la lumière sur l’église romane de Saint Nectaire“, est mise à l’épreuve par un modèle numérique capable de simuler la course du soleil à Saint Nectaire tout au long de l’année 1067. La vérification de la correspondance parfaite entre la réalité et le modèle numérique a été réalisée sous l’œil expert de Pascal Descamps, astronome à l’Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Ephémérides de Paris. Ce projet de recherche met en perspective la portée scientifique des savoirs mobilisés lors de l’édification de l’église de Saint Nectaire et pose légitimement la question de la validité de l’hypothèse explorée sur d’autres églises romanes d’Auvergne. Une affaire à suivre…