Syam / Chaux-des-Crotenay

Projet Territorial

Exploitation de données LiDAR et création d'un système d'information

Le laboratoire Map-ARIA a été mandaté en 2017 pour exploiter les données 3D de relevé de terrain LiDAR effectuées par le cabinet de géomètres experts SINTEGRA. Cette vaste étude engagée à l’initiative de l’Association de l’Oppidum couvre une superficie de 120km² et concerne un ensemble de 25 communes jurassiennes. Présentant un intérêt archéologique certain, cette zone montagneuse au passé riche mais confus a fait l’objet d’intérêts croissants et de vives controverses depuis les années 60, quand l’archéologue André Berthier commence à s’intéresser à ce site comme étant potentiellement le lieu de la célèbre bataille d’Alésia, à l’issue de laquelle Vercingétorix rendit les armes face aux armées de César.

Maintes fois remise en question, cette théorie a suscité de vifs débats au sein de la communauté scientifique, et n’a jusqu’à ce jour pas pu être confirmée ni infirmée par défaut d’une étude archéologique et historique suffisamment solide et exhaustive.

Afin de faire évoluer le débat qui s’était quelque peu figé, l’Association de l’Oppidum, présidée par Franck Ferrand et en partenariat avec l’association ArchéoJuraSites, dépositaire des fonds d’archives et des mobiliers archéologiques mis au jour par André Berthier, a entreprit cette étude minutieuse du territoire en utilisant la technologie LiDAR, de plus en plus utilisée en archéologie et particulièrement adaptée à la superficie du site et à ses contraintes (relief très marqué, végétation dense, …).

L’objectif est alors de constituer un outil d’analyse très efficace, permettant d’appréhender le territoire dans son ensemble ainsi qu’à des échelles de détails très fines, et servant de base aux échanges entre les différents acteurs de l’étude, ainsi que dans sa publication en proposant des médias innovants dans la manière dont ils représentent le territoire.

Pour MAP-Aria, cette étude est l’occasion de mettre en application son savoir-faire, et permettra d’acquérir de nouvelles compétences en termes d’étude territoriale (traitement de données de relevé LiDAR, mise en place d’un SIG collaboratif, représentation du territoire en réalité virtuelle, …). Le caractère patrimonial, archéologique et politique de l’étude a conduit le laboratoire à se positionner en tant que médiateur dans le débat que suscite ce territoire et de mettre en lumière l’importance de ce site d’un point de vue historique et protohistorique, au-delà même de l’hypothèse Alésia.

Pour traiter les données de relevé brutes livrées par le cabinet de géomètres (nuages de points), l’équipe en charge du projet a mis au point une méthode rigoureuse afin de resituer à la fois en image, mais aussi en objet 3D les nuages de points relevés par le Laser embarqué. Le laboratoire a ainsi pu mobiliser mais également renforcer ses compétences en termes de traitement de données, de maillage 3D, de texturage, de SIG, de cartographie, de restitution en réalité virtuelle, … en mettant en place un workflow très efficace et en grande partie automatisé.

La publication d’un premier rapport intitulé OPUS I en 2018 sera suivie d’un deuxième rapport OPUS II prévu pour début 2020. Il se concentre sur une nouvelle zone d’intérêt identifiée au sein du territoire, pour laquelle la même méthodologie sera rigoureusement appliqué que pour le premier OPUS (repérage de zones d’intérêt à partir d’une première représentation Basse def, construction d’une représentation Haute def, analyse cartographie détaillé et confrontation avec études et sondages sur le terrain, …).

La mise en place du SIG collaboratif permet de grandement faciliter les échanges entre les divers intervenants de l’étude et de centraliser l’ensemble des information recueillies.

Durée

2018

Cadre

Projet Syam

Partenaires
Responsable au sein du MAP
Renato Saleri
 
Équipes du MAP impliquées