Soutenance de thèse : Églantine Bigot-Doll

Du noumène à l’œkoumène
Émulsion analogique-numérique pour une prospective du projet d’architecture

La soutenance de thèse d’Eglantine Bigot-Doll, chercheuse au laboratoire et maître de conférence associée de l’ENSAL, a eu lieu le mercredi 8 novembre 2017 à 14h, en l’amphithéâtre de l’ENSAL.

Le jury de thèse était composé de François FLEURY (directeur de thèse), François GUENA (ENSAPV, rapporteur), Samuel BERNIER-LAVIGNE, (Université de Laval – Canada, rapporteur), Gilles DESEVEDAVY (ENSAL), Ali LIMAM (INSA de Lyon), Anouk LEGENDRE (X-TU Architectes).

La pratique du projet instrumenté par les dispositifs numériques de CAO et de CFAO a bouleversé les stratégies de conception architecturale. Les géométries non-standard dorénavant à la portée de tous, génèrent de nouvelles matérialités et modifient les usages. De plus, le paramétrique injecte un hiatus inéluctable par implémentation et simultanéité des déclinaisons de la forme produite sous l’égide de syntaxes naturelles et formalisées. Quels seraient alors les mécanismes et les potentiels prospectifs d’une solubilité du numérique dans le monde analogique impliqués lors d’une telle refonte de paradigmes ?

Dans le cadre de notre thèse de doctorat engagée au sein du laboratoire MAP-Aria à l’ENSA de Lyon, les travaux des étudiants de Master en Architecture SPACA[A]N 2015/16 ont constitué notre matériau de recherche. Par l’émulsion de techniques tantôt parfois archaïques tantôt avancées, nous avons investigué les potentialités de créativité sous le prisme d’un scénario en tant que fil conducteur d’un mode de conception exploratoire.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les commentaires sont fermés.