Laboratoire de Fabrication Numérique

Le laboratoire ARIA complète l’équipement de son fab lab[1] avec l’acquisition d’une imprimante 3D RepRap[2]. Ce dernier équipement vient alimenter le fab lab aujourd’hui constitué d’une fraiseuse numérique, d’un cutter numérique et d’un bras de numérisation. ARIA, laboratoire spécialisé sur les questions d’instrumentation numérique du processus de conception architecturale, contribue aux réflexions en cours sur les constitutions et le développement des fab labs sur le territoire national en participant aux études de la FING[3] et en suscitant les initiatives locales.

Les Fab labs représentent une évolution des media labs. Cette dernière appellation trouve son origine en 1985 avec la création du MIT Media Lab par Nicholas Negroponte à partir du groupe de recherche « Architecture Machine Group » au sein de l’école d’architecture et de planification du MIT. Les objectifs sont alors de créer un environnement de recherche pluridisciplinaire, établissant des ponts entre art, architecture et science de l’information. L’extension des media labs aux hack labs, techshops, labs de production, labs sociaux ou fab labs permet le renforcement des pratiques ouvertes à l’expérimentation et au partage.

Le développement d’un dispositif de type fablab au sein de notre école s’inscrit dans une pratique et un apprentissage de la conception. Le cycle de conception prend place dans le processus itératif « imaginer, réaliser, critiquer » et passe par un prototypage rapide des idées et la constitution d’objets intermédiaires de médiation. Une logique d’apprentissage par le faire et le travail collectif permet d’aiguiser les subjectivités et la créativité. Version moderne du cabinet de curiosité, le fab lab conforte les pratiques pédagogiques s’appuyant sur les Grands Ateliers, expérimentation à l’échelle 1, confrontation à la matière et réalisation collective. Il porte également une réflexion sur les formes techniques de notre époque et sur leur appropriation par la société civile, il représente cette « intellectualité diffuse » dont parle Yves Citton (Citton, 2010) et qui « pourrait nous permettre de voir au-delà et de monter au-dessus de notre état présent ».

Citton, Y. (2010). L’avenir des humanités : Economie de la connaissance ou cultures de l’interpétation? Editions La Découverte.


[1] Contraction de fabrication et laboratoire, un fablab désigne tout type d’atelier composé de machine à outils pilotées par ordinateur et pouvant fabriquer à la demande des objets de nature variée.

[2] Imprimante 3D auto-réplicative libre.

[3] FING : Fondation Internet Nouvelle Génération. http://fing.org/

Laisser un commentaire